Répertoire Québec Nature
Pistes blanches

Un matin d'hiver au cap Tourmente

La nuit a été moins noire que d'habitude, quelques centimètres de neige se sont doucement accumulés au sol. D'épais nuages subsistent encore par-delà du Saint-Laurent et le soleil parvient à se hisser au-dessus inondant ainsi les champs immaculés de ses rayons ardents. Même le sous-bois est d'un blanc tout aussi immaculé car la neige fraîche a recouvert les graines, les rameaux, les feuilles séchées et les lambeaux d'écorces tombés des arbres. La clarté du jour atteint le sous-bois et révèle, par ses jeux d'ombres et de lumière, des empreintes blanches sur fond blanc qui témoignent de l'activité fébrile des habitants du cap Tourmente.

De chaque côté des sentiers les arbres sont reliés les uns aux autres par des chaînes, des chaînes de pas laissées au sol par les Écureuils roux, gris et noir. De longs chapelets révèlent la présence du Renard roux qui sillonne la forêt faisant fi de ces chaînes. Plus loin, un animal a emprunté le sentier avant moi laissant derrière lui de petites traces de sabots à deux doigts. Il a ensuite regagné la forêt en bondissant, les pattes arrières rejoignant les pattes avants, formant ainsi de grands trous : c'était un Cerf de Virginie.




Dans cet autre sentier, de petits pas en forme de croix, très rapprochés les uns des autres, forment un curieux cordon qui zigzague entre les arbres. Au bout du cordon, la dernière croix est plantée entre deux magnifiques empreintes d'ailes : la Gélinotte huppée s'est envolée.



Tout près de là, au pied d'un chicot, un amas de copeaux entachent déjà la blancheur de la neige, car le Grand Pic commence sa journée de travail très tôt. Puis de minuscules trous trahissent le passage d'une Hermine. Ce petit mammifère, tout en longueur et court sur pattes saute lui aussi en ramenant ses pattes de derrière près de ses pattes avants.

De retour dans les champs, en y regardant de plus près, on constate que ce milieu regorge de vie même en hiver. De part et d'autre du sentier, la neige semble mutilée et recouverte d'étranges cicatrices sinueuses : ce sont là les traces des rongeurs qui creusent des tunnels dans la neige fraîche. Certains de ces rongeurs sortent parfois au grand jour et laissent de petites traces de leur démarche de quadrupède et entre leurs traces de pas, une ligne continue laissée par leur queue qui traîne. Les rongeurs ne sont pas seuls dans les champs, le Renard roux a quitté la forêt et scrute ce territoire de long en large, creusant ici et là sous la neige à la recherche de rongeurs. Ceux-ci constituent une partie de son menu.

Renard roux

Renard roux et son empreinte.

Alors quand vous irez marcher au cap Tourmente ou dans tout autre forêt pendant l'hiver, qu'on appelle parfois à tort la saison morte, soyez attentifs et recherchez ces traces qui témoignent de l'activité de toute une faune. Certains animaux furtifs et discrets ne peuvent échapper à la neige fraîche qui emprisonne leurs pas, un emprisonnement éphémère cependant, car les traces auront vite fait de disparaître, soit balayées par le vent, soit noyées dans leur nombre ou encore recouvertes par une nouvelle couche de neige qui cachera toutes traces de l'activité nocturne ou matinale des habitants de ces bois.


Écureuil roux

Écureuil roux et schéma de ses traces dans la neige.


   © Répertoire Québec Nature, 2013 - 2017 Hébergement  web au Québec chez Astral Internet